La nouvelle stratégie palestinienne contre l’Etat Juif

wikipedia-haleviSaeb Erekat, le chef de la délégation palestinienne dans les pourparlers de paix avec Israël, vient de rédiger une série de recommandations pour la direction de l’OLP. 

Il décrit la nouvelle stratégie palestinienne dans les instances internationales et son combat diplomatique contre l’Etat Juif.

Les principaux points du document signé Saeb Erekat sont les suivants :

– Annulation de la reconnaissance d’Israël par l’OLP ;

– Campagne diplomatique tous azimuts pour obtenir un soutien international et exercer des pressions en faveur d’un retrait israélien sur les lignes d’avant juin 1967 ;

– Insistance sur le droit au retour” des “réfugiés” palestiniens et de tous leurs descendants ;

– Rejet de toute proposition pour un règlement temporaire ou partiel avec Israël ;

– Bataille juridique contre Israël dans l’arène internationale pour limiter sa capacité à se défendre contre le terrorisme palestinien ;

– Coopération stratégique avec le Hamas et le Jihad islamique en les intégrant dans les institutions de l’OLP ;

– “Lutte populaire pacifique” contre Israël, notamment par des attaques terroristes locales perpétrées par des « solitaires ».

Avec ce document, la position palestinienne fait un grand pas en arrière depuis les pourparlers tenus suite aux Accords d’Oslo.

Erekat « ressuscite » en fait une ancienne stratégie qui prévoyait au départ un retrait israélien aux frontières d’avant juin 1967 pour pouvoir ensuite mener dans une meilleure posture la lutte « par étapes » contre l’Etat Juif.

Nous publions ici une traduction intégrale (de l’arabe) des recommandations proposées par Saeb Erekat à la direction de l’Autorité palestinienne :

« À la lumière de la colonisation en cours et de son augmentation de plus 40% en 2014, face au refus d’Israël de revenir aux frontières du 4 juin 1967, à son opposition de libérer un groupe de détenus emprisonnés avant les Accords d’Oslo, à sa saisie des avoirs du peuple palestinien, et face à l’augmentation des attaques, des affrontements, des invasions, et des violations des accords signés, ainsi qu’en raison du maintien du blocus de la bande de Gaza par terre, mer, et air ;

À la lumière de la définition des relations avec Israël, de la mise en œuvre de la réconciliation nationale palestinienne, de la création de l’Etat de Palestine et de son adhésion aux institutions et conventions internationales, et devant le renforcement de nos relations avec les pays arabes et l’ensemble du monde, nous faisons les recommandations suivantes :

1. Nous appelons l’autorité d’occupation [Israël] à prendre sa pleine responsabilité pour le peuple palestinien dans l’Etat occupé de la Palestine (Cisjordanie, al-Qods [Jérusalem], et la bande de Gaza), tant qu’il [Israël] n’a pas consenti à remplir toutes les obligations qui lui sont imposées dans les accords signés, y compris le réexamen des problèmes sécuritaires et les relations économiques.Nous mettons en garde contre la reprise des négociations pour améliorer la situation. Notre but est de changer cette situation et de mettre en œuvre les résolutions du Conseil central palestinien publiées en mars 2015.

2. Nous nous opposons totalement à “l’Etat de Gaza” ; cette notion est inutile car elle abandonne al-Qods [Jérusalem] et le droit de retour des réfugiés, inclus dans le programme national palestinien.

3. La Ligue arabe réunie le 15 Janvier 2015 a rédigé une nouvelle proposition de résolution pour la soumettre devant le Conseil de Sécurité de l’ONU. Elle a déjà été approuvée par le Koweït, l’Egypte, la Jordanie, le Maroc, la Palestine, et le Secrétaire général de la Ligue arabe.

Dans ce contexte, nous mettons en garde contre l’éventuelle préparation d’une proposition de résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui inclurait tous les éléments rejetés par les Palestiniens et les Arabes, comme la notion d’ « Etat juif », laissant les forces d’occupation le long du Jourdain, ou le principe d’échange de territoires, de démilitarisation de l’Etat, et des formulations vagues concernant Al-Qods [Jérusalem] et les réfugiés.

Il convient de souligner que la rédaction d’une nouvelle proposition de résolution du Conseil de sécurité doit comprendre : l’établissement de l’Etat de Palestine sur les lignes d’avant juin 1967 avec Al-Qods orientale [Jérusalem-Est] comme capitale ; une solution au problème des réfugiés sur la base de la Résolution 194 ; la libération des prisonniers ; la négation de « l’Etat juif » ou toute formule de sécurité qui signifierait le maintien des forces israéliennes le long du Jourdain et le déploiement d’une division permanente entre la bande de Gaza et la Cisjordanie ; le recours à l’Initiative de paix arabe avec toutes ses composantes et les résolutions internationales légitimes depuis l’adoption de la Résolution 242 en novembre 1967 à la résolution 19/67 adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU en 2012, reconnaissant l’Etat de Palestine comme membre observateur ; un arrêt total des colonies en Cisjordanie, y compris à al-Qods [Jérusalem] ainsi que la libération des prisonniers.

Seuls ces principes pourront relancer le processus de paix et obtenir un soutien et une supervision internationale, qui comprendra, outre les Etats membres permanents du Conseil de sécurité, les représentants des Etats arabes, l’Union européenne, ainsi que le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. Il est important de fixer un délai final des négociations sur le cours d’une année et la mise en œuvre intégrale de l’accord dans un délai qui ne dépassera pas deux ans.

Le Comité exécutif de l’OLP sera responsable de la préparation d’une nouvelle proposition de résolution du Conseil de sécurité.

4. Le Comité exécutif de l’OLP, dirigé par le président Mahmoud Abbas, sera responsable de l’activité du Comité national suprême dans les questions liées à la Cour pénale internationale, et plus particulièrement en ce qui concerne la préparation du dossier sur l’agression israélienne contre la bande de Gaza à l’été 2014, et sur le fichier du retrait des Territoires, d’une manière qui comprendra toutes les actions de la colonisation ; à savoir : la terreur que sèment les colons, les confiscations de terres, les destructions de maisons, les routes contournées, les infrastructures, la construction de colonies dans toutes ses formes, la barrière de séparation raciste etc. Il est recommandé de poursuivre la surveillance active de la mise en œuvre des décisions de la Cour internationale, tout en les utilisant comme source juridique sur la question du règlement dans le cadre de l’ensemble de nos activités internationales.

L’Etat de Palestine a soumis officiellement (25 juin 2015) tous les fichiers et les réponses aux questions à la Cour pénale internationale, et en particulier le dossier sur la dernière agression contre la bande de Gaza et le sort des prisonniers.

De ce fait, nous devrions préparer un certain nombre de traités supplémentaires, adhérer à des institutions, aux conventions, protocoles et accords internationaux, dont le nombre est estimé à 484. Nous devrions également poursuivre nos efforts vis-à-vis du Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies afin d’établir un régime spécial pour la protection internationale du peuple palestinien dans l’État de la Palestine occupée.

« renforcer les lignes directrices européennes sur le boycott des produits en provenance des colonies israéliennes sur les terres palestiniennes et arabes occupées »

5. Nous devrions souligner à la communauté internationale que l’Etat de la Palestine est dans son droit pour rejoindre toutes les conventions internationales, y compris la Cour pénale internationale. Ce droit est une étape qui devait être prise de manière à respecter le principe de deux Etats et éviter de compromettre les intérêts du peuple palestinien.

6. Les revendications juridiques israéliennes contre l’Autorité palestinienne et ses institutions soumises devant les tribunaux américains, devraient être rejetées, notamment en soulignant la décision, le 7 Juin dernier, de la Cour suprême des États-Unis, qui a refusé de reconnaître Al-Qods [Jérusalem] comme faisant partie d’Israël.

7. La poursuite des activités au sein des Etats de l’Union européenne pour obtenir leur reconnaissance de l’Etat de Palestine sur les lignes d’avant juin 1967 avec comme capitale al-Qods [Jérusalem], et ce, à la lumière de la reconnaissance du gouvernement suédois et du vote d’un bon nombre de parlements européens en faveur de la reconnaissance de l’Etat de Palestine.

8. Renforcement des activités au sein de l’Union européenne afin d’obtenir son soutien à l’Etat de Palestine dans ses efforts pour présenter un dossier complet sur l’agression israélienne contre la bande de Gaza à l’été 2014 à la Cour pénale internationale, ainsi que pour mettre en œuvre les résolutions concernant les Conventions de Genève de 1949, de manière à appliquer la 4e Convention de Genève au peuple palestinien dans l’Etat occupé de la Palestine.

9. Activité au sein de l’Union européenne pour renforcer les lignes directrices européennes sur le boycott des produits en provenance des colonies israéliennes sur les terres palestiniennes et arabes occupées, et en particulier à la lumière du fait que 16 États de l’Union européenne ont pris la décision de coller des étiquettes à tous les produits des colonies, tout en renforçant les efforts pour mettre un terme à toutes les activités des entreprises étrangères dans les colonies.

« adopter une résolution qui permettra de faire la distinction entre la résistance légitime et le terrorisme »

10. Activité au sein de toutes les institutions de l’Union européenne pour empêcher l’ajout de tout mouvement palestinien à une liste d’organisations terroristes, tout en adoptant une résolution qui permettra de faire la distinction entre la résistance légitime et le terrorisme.

11. Poursuite des activités en coordination avec le Comité de l’Initiative de paix arabe dirigé par l’Egypte, tout en assurant ses réunions régulières.

12. Intensifier, en coordination avec la Ligue arabe, les efforts de l’Etat de Palestine pour soumettre à la Cour pénale internationale de La Haye tous les fichiers concernant l’agression contre la bande de Gaza.

13. Poursuivre les activités de la commission ministérielle arabe (Koweït, Palestine, Secrétaire général de la Ligue arabe) au sein des autorités helvétiques pour trouver les moyens d’appliquer la quatrième Convention de Genève de 1949 à la population palestinienne installée dans l’Etat occupé de la Palestine.

« retirer la reconnaissance de l’Etat d’Israël par l’OLP »

14. Réfléchir à la possibilité de retirer la reconnaissance de l’Etat d’Israël par l’OLP, de sorte qu’il y aura une reconnaissance mutuelle entre l’Etat d’Israël et l’Etat de Palestine sur les lignes du 4 juin 1967.

15. L’OLP continuera à être le seul et unique représentant légitime du peuple palestinien.

16. L’adhésion de l’Etat de Palestine à toutes les organisations et institutions régionales et internationales sera maintenue.

17. Accélérer la réconciliation palestinienne, de manière à ce qu’elle assure un accord sur la tenue d’élections pour la présidence de la Palestine et pour le Conseil national palestinien, et offre au gouvernement une entente nationale qui lui permettra de remplir l’ensemble de ses responsabilités, notamment dans la bande de Gaza.

18. Avant la tenue de nouvelles élections, le Conseil national palestinien devrait convoquer le Hamas et le Jihad islamique pour élire un nouveau Comité exécutif de l’OLP afin qu’un gouvernement provisoire de l’Etat de Palestine soit établi en accord avec l’Assemblée générale de l’ONU et conformément à la Résolution 19/67 de 2012.

Renouer avec le Hamas et le Jihad islamique

19. Soulignant que le Conseil national palestinien est en fait le Parlement de l’Etat de Palestine.

20. La réunion de la 7e convention du mouvement Fatah aura lieu au plus tard à la fin de 2015.

21. Le Comité exécutif de l’OLP assurera la surveillance directe, périodique et régulière de la situation dans la capitale Al-Quds [Jérusalem], développera ses institutions, et défendra héroïquement et courageusement son sol national et les Lieux saints chrétiens et islamiques. Il tiendra une réunion hebdomadaire sur cette question afin de préserver toute atteinte contre la mosquée Al-Aqsa.

22. Soutenir la lutte des prisonniers pour la liberté, contre la politique israélienne de terreur, et assurer ainsi le retour des expulsés de l’Eglise de la Nativité.

23. Soutenir la lutte populaire [مقاومة], notamment tous les comités nationaux et régionaux et les institutions de l’OLP dans tous les domaines.

24. Superviser de près la situation des concentrations palestiniennes dans les camps de réfugiés de Syrie, du Liban, et dans toute la diaspora, en particulier dans le camp de Yarmouk.

25. Développer une « diplomatie publique » et des activités culturelles pour protéger l’identité nationale et s’opposer à toute forme d’extrémisme et de terreur. Propager ainsi les valeurs de tolérance, de justice et des valeurs universelles.

« Le Comité exécutif de l’OLP défendra héroïquement et courageusement son sol national et les Lieux saints chrétiens et islamiques »

 

En conclusion, il est impossible d’accepter la poursuite de la situation actuelle, et en particulier après la formation d’un gouvernement qui est le plus extrême dans l’histoire d’Israël, et à la lumière de la formation d’une liste arabe unifiée lors des élections “à l’intérieur” du pays [Israël] et ses implications positives pour l’avenir.

La stratégie palestinienne dans tous les domaines est de mettre fin à la division au sein de notre peuple et de réaliser une réconciliation solide, tout en étant ferme sur la terre de l’Etat occupé, en Cisjordanie, al-Qods et dans la bande de Gaza.

Nous devrions également intensifier la lutte populaire pacifique dans le cadre d’un programme continu et précis pour raccourcir le chemin de retour à l’Etat de Palestine sur les frontières d’avant juin 1967, avec comme capitale al-Qods [Jérusalem].

Jonathan D. Halévi

 


Pour citer cet article :

Jonathan D. Halévi, « La nouvelle stratégie palestinienne contre l’Etat Juif  », Le CAPE de Jérusalem : http://jcpa-lecape.org/la-nouvelle-strategie-palestinienne-contre-letat-juif/

4 Comments

  1. Decidement ,rien de nouveau de ce cote. Quand donc les Arabes cesseront de fantasmer et commenceront a prendre la realite a bras le corps ?

  2. Prendre la réalité à bras le corps David ?
    C’est oublier que depuis des dizaines d’années le pseudo peuple palestinien tient le même discours.
    Les lignes de cessez le feu de juin 1967 ne sont pour ces islamistes terroristes qu’une étape.

    Il n’y a que les Munichois de l’Europe ou la nouvelle Amérique d’Hussein Obama pour croire les Erekat, Haniyeh, Abou Mazen etc.
    Alors que presque tous les pays arabes et musulmans ont commencé leur lutte fratricide qui compte déjà des centaines de milliers de morts, que peut-on attendre de ces “protégés” de l’ONU et du Vatican qui ont écrit sur leur charte que leur but final est de détruire Israël et de tuer tous les Juifs du monde ?
    Le monde est fou, on ne discute pas avec les fous, on les enferme.
    Shavoua Tov !

  3. dans le monde Arabe , il n’y a pas plus “crétins” que les palestiniens. ils perdent leur temps sur des détails et ne voient pas l’essentiel. cela dure depuis plusieurs dizaines d’années.
    ils ne reflechissent pas vite, mais cela semble leur convenir. ce n’est pas avec cette bande de “bras cassés” que leur cause va avancer. ils sont responsables de leur échec.

  4. Il faut être débile pour croire qu il veulent la paix il suffit de lire qu ils sont prêt à défendre les lieux de culte arabe et chrétien sans ajoute juif pour comprendre qu ils n ont rien compris a ce qu est une démocratie aucun arabe ayant vécue en Israël n est prêt à soumettre sa famille aux islamistes notre rôle nous les juifs s est de donner l instruction et le savoir vivre ensemble depuis quant Jérusalem est une ville sainte pour les arabes j y était en 56 je crois qu il les arabes croient au retour de Mahomet sur sa bourique il faut qu il fasse attention à la circulation et qu il n oublie pas s arrêter au feux rouges pour conclure heureusement qu il y a des arabes pour croire et émirent des dirigeants qui les prennent pour des cons

Leave a Response

Please note: comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.