La démolition définitive du terrorisme passe avant le jeu de construction de la paix

freddy_eytanLe processus de paix avec les Palestiniens est relancé dans la complexité des dossiers, dans un climat de tension et de méfiance mutuelle, et avec le droit de regard des Américains. L’essentiel est de pouvoir se parler et de dialoguer pour aboutir enfin à un accord pragmatique. La tâche n’est sans doute pas une partie de plaisir et elle serait une mission impossible selon de nombreux observateurs. Toutefois, notre devoir est d’employer tous les efforts pour dire au monde entier que nous sommes des hommes de bonne volonté et qu’en dépit des profondes déceptions et des menaces existentielles, nous sommes toujours prêts et confiants pour bâtir l’édifice de la paix, main dans la main avec nos voisins palestiniens.

Pour prouver nos bonnes intentions des dizaines de milliers de familles palestiniennes de Cisjordanie ont pu visiter durant le mois du Ramadan les villes de Tel-Aviv, Herzliya et Netanya. Elles se sont baignées tranquillement dans les eaux de la Méditerranée et ont construit avec leurs enfants de magnifiques châteaux de sable… Soulignons que chaque Israélien est persona non grata dans les villes et villages de Cisjordanie et risque le lynchage… Rappelons aussi que Mahmoud Abbas déclarait récemment qu’il ne permettrait pas aux Israéliens de s’installer un jour dans le futur Etat de Palestine…! Enfin et surtout pour faciliter la reprise des négociations, nous avons aussi osé relâcher une première tranche de terroristes sanguinaires…

Cependant, dans le théâtre de l’absurde, le fossé entre les sociétés et les mœurs demeure immense. Tandis que des familles israéliennes pleurent leurs victimes dans la douleur et manifestent dans la colère noire, les Palestiniens, eux, refusent de parler de paix ou de prononcer des remords, pas un seul regret du bout des lèvres, rien ! Les assassins sont accueillis tels des « héros de guerre », dans l’allégresse et l’euphorie de la « victoire ». Désormais, chez eux, le Mal est le Bien, et l’assassinat d’un enfant Juif est un devoir sacré, divin ! Incroyable mais vrai ! Dans ce monde où nous vivons nous constatons qu’une poignée de terroristes est capable d’influer sur des décisions graves prises à Jérusalem et de dicter l’ordre du jour de la planète. Nous observons aussi avec consternation que depuis les années 1970 tous les gouvernements israéliens ont cédé au « principe sacro-saint » de ne jamais négocier avec des terroristes. Ne devraient-ils pas purger toute leur peine derrière les barreaux ?! Tel que l’antisémitisme, le terrorisme ne devrait-il pas être combattu avec force et sans pitié ?!

Face à un ennemi impitoyable, tous les hommes d’Etat ne doivent pas décider ou agir par faiblesse. Nous supposons qu’avant de relâcher des bêtes humaines dans la nature, Netanyahou, ayant lui-même perdu un frère lors d’une opération contre le terrorisme, a jugé avec sagesse et la tête froide l’ensemble des intérêts stratégiques et diplomatiques.

Dans ce contexte, nous ne pouvons plus accepter un diktat de la part des Palestiniens ni non plus subir des pressions de la part des Occidentaux. Quand le gouvernement décide de construire des logements à Jérusalem, dans sa propre capitale, en banlieue, ou même dans le bloc des implantations, c’est son droit absolu dans le temps et dans l’espace. L’hypocrisie est bien flagrante car les Palestiniens, les Européens et les Américains savent parfaitement que dans ce pays minuscule et surpeuplé toutes ces constructions sont nécessaires et légales. La raison est encore plus simple : ces logements sont situés dans un territoire qui, dans tout accord de paix, demeurera sous souveraineté israélienne.

Freddy Eytan

Retrouvez cet article sur Israël flashEurope Israël, Des Infos.com et sur le site de l’UPJF

3 Comments

  1. Bibi a du courage, reprendre les negociations, liberer des prisonniers avec du sang sur les mains, envoyer madame Livni preparer le terrain, maintenir la droite septique, et tout cela sans aucune garantie. les palestiniens changent souvent d’avis, toutes ces initiatives ne vont peut etre servir à rien.
    *la parole de Abbas d’avoir aucun juif sur son territoire, est d’une betise sans fin. (je me demande meme si c’est vraiment possible).
    quand aux constructions ciblées, et intégrables dans le futur partage, la presse parisienne ne fait pas de difference. elle indique uniquement le nombre mais ne localise jamais les batiments. c’est une forme d’intox, qui marche à chaque fois, on “cogne” sur israel. cette presse devrait prendre le temps de lire les cartes…

  2. Puissiez vous tenir ce même discours sur radio shalom Monsieur !

    D’autre part, je suis étonnée du manque de psychologie des stratèges et politiques israéliens.
    Sous prétexte de “moeurs” différentes, ces Messieurs (dames), ont encore le réflexe du colonialiste Algérien.
    “Ils sont différents et glorifient la mort, il ne faut pas les bousculer”. En gros bien évidemment.
    Or, il est là le problème. Ne pas oser bousculer les arabes dans leurs us et coutumes, c’est à coup sûr ne JAMAIS ENVISAGER LA PAIX.
    Le relativisme culturel à coups de pardon de la part des nations et du peuple juif en particulier risque d’exploser à la figure d’Israel.
    Le fameux “pragmatisme” dont on nous rebat les oreilles n’est ni plus ni moins qu’un sentiment de supériorité devant des barbares.
    La barbarie cela se combat fortement afin de faire entrer un peu de compassion dans le coeur des hommes.
    Caresser les arabes palestiniens dans le sens du poil au point d’ignorer le signe fort sur le pardon des crimes de sang comis sur des juifs, c’est intrinsèquement criminogène. Israel a tort d’ignoer l’arabité. Cette notion est aussi dévastatrice que l’islam.

  3. La paix se fait entre des responsables qui en ont la volonté et le courage. Il faut donc qu’elle soit volue par les deux parties. Cela ne sert à rien de parler de paix si le but de l ‘ une ou des deux parties est d’obtenir le maximum d’avantages au détriment de l’autre ou de considérer que chaque
    concession faite par l’autre partie est un signe de faiblesse et un encouragement à exiger encore
    davantage de concessions.
    C’est la VOLONTE SINCÈRE de faire la paix et non le fait de s’asseoir à une table de négociations
    qui compte . Le reste n’est que paroles vides.

Leave a Response

Please note: comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.