Le combat contre le terrorisme des incendies

wikipedia-mount_carmel_forest_Les différents incendies dans la région de Jérusalem, à Haïfa ou en Galilée étaient certes prévisibles en raison de la sécheresse et des forts vents venus de l’Est, mais comment ignorer l’incitation des pyromanes dans les réseaux sociaux, et surtout les cris de joies chez les Palestiniens et dans le monde arabe ?

Comment ne pas sourire cyniquement et tristement devant l’hypothèse fanatique selon laquelle le feu est une vengeance « d’Allah tout puissant contre les Juifs qui ont voulu faire taire les muezzins » ? Quelle absurdité !

Rappelons à tous ces fanatiques du Levant qu’à Haïfa comme à Jaffa et Jérusalem vivent aussi des Arabes, de nombreux musulmans. Le feu comme les roquettes du Hezbollah ou du Hamas n’épargne personne et ne distingue pas les Juifs des Chrétiens ou des Musulmans.

Bien entendu, l’Autorité palestinienne a envoyé quelques sapeurs-pompiers pour ne pas être accusée de complicité ou d’incitation.

Mais pourquoi les dirigeants palestiniens et leurs imams, une fois encore, n’ont pas appelé leurs compatriotes à la raison, à mettre un terme à cette nouvelle vague de terreur ?

wikipedia-incendies16

Le Premier ministre se rend auprès des habitants de Beit Meir, près de Jérusalem, le 25 novembre (Facebook)

Nous avons tiré de nombreuses leçons du gigantesque incendie de 2010 sur le Mont Carmel. Nous sommes aujourd’hui mieux équipés pour lutter contre les flammes mais pas assez face aux nombreux foyers déclenchés simultanément. L’appel aux secours et la demande d’aide furent entendu par de nombreux pays qui ont accepté d’envoyer des Canadairs. Cela nous réconforte et prouve qu’Israël n’est pas isolé dans l’arène internationale.

Cette vague d’incendies est la plus meurtrière et la plus vaste que nous avons connu depuis la création de l’Etat d’Israël. Comme les vagues précédentes de terreur, cette fois-ci aussi nous constatons une merveilleuse solidarité au sein de nos compatriotes, un courage exemplaire des combattants infatigables contre le feu, et un dévouement exceptionnel d’hommes et de femmes de bonne volonté, véritables patriotes et remarquables citoyens.

Toutefois, nous remarquons une fois encore que l’arrière du pays est plus que jamais vulnérable. Il n’est pas toujours bien préparé à subir des catastrophes ou à faire face à un nouveau conflit militaire, surtout face au déluge de fusées et de roquettes en provenance du Hezbollah, du Hamas ou de l’Iran.

Soulignons que dans un conflit armé ni les pays voisins, ni même les Etats alliés, n’apporteront automatiquement une aide logistique. Le “village global” n’est plus solidaire quand les conflits politiques et militaires éclatent. Les Etats redeviennent des monstres froids et les intérêts domineront toujours.

Dans ce contexte, nous devons très rapidement tirer des leçons et prendre toutes les mesures et budgets nécessaires pour se préparer aux nouveaux défis et faire face aux menaces.

Les incendies de forêts sont sans doute une rude épreuve, surtout pour les milliers de familles concernées, obligées de fuir l’enfer en ne laissant derrière elles que des cendres et des souvenirs. Notre peuple est capable de transformer ses faiblesses en force puissante et invincible.

Pour atteindre nos objectifs, les mesures contre les criminels devraient être sans pitié et sans merci, et s’il le faut déchoir de leur nationalité tous ceux qui veulent mettre à feu et à sac notre riche patrimoine, nos terres ancestrales, nos arbres fruitiers, nos sapins, et nos magnifiques jardins, résultat d’un rude labeur et de travail constant et acharné.

Les décisions gouvernementales sont impératives et doivent être appliquées sans délai. Dans les moments de crises nationales, nous ne devons compter que sur nous-mêmes et ne jamais attendre à un miracle.

Nous avons connu déjà l’Intifada des pierres, l’Intifada d’al Aqsa, la vague des attaques au couteau, et de la voiture bélier. Ces jours-ci, nous assistons à une nouvelle vague de terrorisme, celle des incendies de forêt à travers tout le pays.

Tous les moyens criminels de terreur ont été employés par nos ennemis. Hier comme aujourd’hui, ils n’arriveront pas à nous vaincre, à nous déloger de nos terres et de nos maisons. Nous n’abandonnerons jamais notre patrie, notre foyer national. Nos ennemis ont été tous vaincus et humiliés sur le champ de bataille, et ils seront aussi éliminés s’ils persistent à poursuivre le terrorisme aveugle et lâche.

Freddy Eytan

 


Pour citer cet article : 

Freddy Eytan, « Le combat contre le terrorisme des incendies  », Le CAPE de Jérusalem: http://jcpa-lecape.org/le-combat-contre-le-terrorisme-des-incendies/

1 Comment

  1. Quand on frappe un animal avec un baton : l’animal attaqye le baton mais ni la main qui frappe ni la tete qui dirige la main. C’est la tete qu’il faut frapper et fort. Tant QUE VOUS NE FRAPPEZ PAS A LA TETE DU TERRORISME VOUS NE FRAPPEZ RIEN DU TOUT.

Leave a Response

Please note: comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.