Jérusalem, notre capitale éternelle

Ces jours-ci nous célébrons en grande pompe et dans la joie le 70ième anniversaire de notre indépendance et la réunification de Jérusalem, malgré les tensions aggravées le long de nos frontières, les menaces de guerre de l’Iran, et les incertitudes après le retrait des Américains de l’accord sur le nucléaire.

La cérémonie historique d’ouverture de l’ambassade américaine à Jérusalem gomme la fameuse Résolution 181 des Nations-Unies qui envisageait, à l’initiative de la France, l’internationalisation de la Ville sainte.

Le transfert de cette ambassade marque aussi un tournant positif et une reconnaissance de facto et de jure de notre capitale. Cette inauguration historique ouvre la porte à d’autres Etats amis. Nous espérons qu’ils suivront, tôt au tard, le noble geste du président Trump, qui contrairement à ses prédécesseurs a bien tenu sa promesse.

Il est bien regrettable que des pays amis comme la France refusent de reconnaitre l’évidence historique et osent même boycotter la cérémonie et décliner l’invitation. Ils ne veulent pas faire partie de la fête mais infligent en réalité un honteux camouflet diplomatique et expriment une ingratitude à l’égard de l’incontournable allié américain pour simplement satisfaire, comme de coutume, les caprices des Palestiniens.   

J’ai connu Jérusalem avant sa réunification. Avant juin 1967, la Ville Sainte était divisée par une décision arbitraire et clôturée par un fil de fer barbelé. Des tireurs d’élite jordaniens installés dans des postes avancés, sur les toits des maisons et des murailles, tiraient sur toute personne qui tentait de s’infiltrer. Aucun Juif n’avait le droit de pénétrer dans la Vielle ville, de visiter le quartier trimillénaire ou de prier devant le Kotel, le Mur Occidental, celui des Lamentations. Le Mont du Temple n’était accessible qu’aux Musulmans. Les synagogues furent pillées et incendiées, les tombes de nos ancêtres saccagées. Aucune présence juive n’était admise dans ce quartier qui fut, depuis la nuit des temps, riche de spiritualité, et l’un des plus dynamique et mouvementé de l’Humanité.

Tout a bousculé après la guerre des Six Jours. Magiquement, les barrières se sont effondrées, la Ville Sainte fut réunifiée, et tous les Lieux de Culte sauvegardés. Une flagrante injustice historique fut réparée. Ici, au sein du berceau de l’Humanité, Musulmans, Chrétiens et Juifs sont désormais libres d’exercer leur propre religion.

Au moment où des turbulences agitent notre région, que des Chrétiens d’Orient sont chassés et humiliés, ici seulement, à Jérusalem, toutes les confessions sont rassemblées dans la dignité. Tous espèrent ici que notre capitale éternelle soit une source d’espérance, le centre spirituel du monde où triompheront la paix, la justice et la libération de l’homme.

Comment ne pas être émerveillé par cette ville unique qui éveille tant de mystères. Emerveillé par la beauté de son cadre naturel, par ses couleurs, ses lumières et sa spiritualité. Cette ville changeante avec le temps et l’espace. Cette cité de montagnes, sans fleuve ni rivière, construite avant l’ère chrétienne. Cette ville sanctuaire, capitale des prophètes, des rois d’Israël et des apôtres, celle du Temple, de l’esplanade des mosquées et des églises.

Ici, le divin et l’humain se confondent. Nous entrons dans les entrailles de l’Histoire. Ici, elle est inscrite partout. On découvre, on imagine, on ressent, on touche, on confesse. Chaque lieu raconte un glorieux passé, une histoire unique, une épopée, une tragédie, une légende. Chaque pierre est fascinante, sacrée.

L’histoire de cette ville singulière dégage partout de la spiritualité. Elle a été écrite avec sang, larmes et prières. Elle représente une lueur dans les sombres ténèbres.

Hélas, cette belle et noble espérance fut rejetée, sabotée et bafouée par des négationnistes de l’Histoire. Depuis 1948, depuis notre guerre d’Indépendance, aucun pays occidental, dont la France, n’a voulu reconnaître Jérusalem comme notre capitale. Aujourd’hui avec le transfert de l’ambassade américaine, justice est enfin faite.

Soulignons une fois encore, Jérusalem n’a jamais été une capitale arabo-musulmane ! Elle n’a jamais été non plus jumelée avec une autre capitale. Je me souviens de la visite mémorable à Paris de Teddy Kollek, illustre Maire de Jérusalem. Il rejeta avec superbe la demande de son homologue, Jacques Chirac, de jumeler Jérusalem. « Comment accepter un jumelage avec la ville Lumières si Jérusalem devrait demeurer seule et unique au monde » !

Ce refus systématique et absurde de reconnaitre notre capitale est hypocrite et révoltant, car il tente avec grossièreté et mensonge de gommer toute présence des Juifs depuis la nuit des temps.       

Freddy Eytan

 


Pour citer cet article :

Freddy Eytan, « Jérusalem, notre capitale éternelle », Le CAPE de Jérusalem, publié le 13 mai 2018 : http://jcpa-lecape.org/jerusalem-notre-capitale-eternelle/

Tagged as:

2 Comments

  1. “des pays amis comme la France ”. Non, la France est certainement, en dehors de la majorite du monde arabe, le principal ennemi d’Israel. Cela n’empeche pas, bien sur, que malgre la connivence des medias francais avec
    la position anti-israelienne systematique du Quai d’Orsay, une grande proportion de Francais apprecient surement Israel plus que l’OLP ou le Hamas. Pendant la guerre, l’antisemitisme de l’Etat Francais n’a pas conduit une majorite de Francais a denoncer des Juifs ou a faciliter leur arrestation. Les Francais sont de moins en moins, du reste, dupes des medias. Il suffit de lire aujourd’hui les commentaires des lecteurs du Figaro a la suite de la nouvelle breve dont le titre est a peu pres “fermeture par les Israeliens du point de passage avec Gaza”, les lignes qui suivent expliquant quand meme que le Hamas a mis le feu aux installations de ce terminal.

  2. En effet, je confirme, dans l’ombre comme en 40 sont ceux et celles qui ne sont pas dupe .
    Shalom ISRAEL

Leave a Response

Please note: comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.