L’avenir de nos relations avec le président Trump

Une page tumultueuse vient d’être tournée dans les relations avec l’Administration américaine et particulièrement entre Obama et Nétanyahou.

Le premier ministre israélien est enfin soulagé, pour la première fois, il retrouve à la Maison Blanche un président qui partage avec lui les mêmes valeurs républicaines, les mêmes opinions politiques, diplomatiques et économiques.

Certains dossiers sur la marche du monde et en particulier dans notre région sont perçus actuellement avec la même optique, le même intérêt.

Bien entendu, et comme l’a bien précisé le nouveau président « America First », mais d’ores et déjà, nous pouvons nous réjouir que sur le conflit israélo-arabe, et sur le combat contre le terrorisme islamique, il existe de claires convergences.

Le premier entretien téléphonique que vient d’avoir lieu entre les deux hommes prouve qu’il existe de la part du président Trump une sincère volonté de régler le problème avec les Palestiniens sans conditions préalables et surtout uniquement dans le cadre de négociations directes. La nomination du gendre du président comme émissaire spécial, ainsi que celle du nouvel ambassadeur à Jérusalem, laissent croire en de bonnes intentions.

Après leur entretien téléphonique “très chaleureux”, Nétanyahou rencontrera Trump en février

Cependant, nous devons, à tout prix, éviter de bousculer les décisions en imposant à la nouvelle Administration des décisions unilatérales ou des faits accomplis sur le terrain. Certes, le moment est propice mais il ne faut jamais agir dans la précipitation. A quoi sert d’annexer la ville de Maalé Adoumim ou une nouvelle parcelle de territoire de Cisjordanie, sans parvenir préalablement à une entente avec la nouvelle administration ?

Dans quelques semaines, le Premier ministre Netanyahou devrait se rendre à Washington. Trois grands sujets seront à l’ordre du jour :

  • L’avenir du processus de paix et le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem.
  • L’avenir du projet nucléaire iranien.
  • La fin de la crise syrienne et le combat contre Daesh.

Sur ces trois questions cruciales, le Premier ministre devrait avoir des opinions claires et des plans précis face à un Président encore hésitant sur ces sujets.

Une première réunion avec un président des Etats-Unis est à la fois symbolique mais importante pour l’avenir des relations bilatérales. La fluidité entre les deux hommes et le caractère personnel joueront un rôle considérable.

Donald Trump est certes un président imprévisible, mais c’est aussi un leader qui adore la franchise et le franc parlé. Ces dossiers épineux et compliqués ne sont pas pour lui une priorité des affaires américaines. Il manque bien sûr d’expérience et connait assez mal tous ces problèmes. Il est important d’exposer notre thèse intelligemment et avec conviction sans pour autant donner l’impression que nous dictons pour lui l’ordre du jour.

C’est seulement ainsi que nous aboutirons à une meilleure entente, et renforcerons notre amitié avec la plus grande puissance de la planète.

Freddy Eytan  

 


Pour citer cet article : 

Freddy Eytan, « L’avenir de nos relations avec le président Trump », Le CAPE de Jérusalem: http://jcpa-lecape.org/avenir-relations-israel-president-trump/

1 Comment

  1. Monsieur Eytan,

    Dans votre éditorial vous écrivez : “Donald Trump est certes un président imprévisible, mais c’est aussi un leader qui adore la franchise et le franc parlé.”

    Alors que nous le connaissons peu (politiquement j’entends) en dehors de sa campagne électoral, cet homme d’Affaires a dû faire face à une très forte opposition du parti démocrate, parce que différent, n’entrant pas dans le cadre du politiquement correct, dont même ceux qui font partie de sa “couleur politique” ont mal accueilli sa candidature, n’est-il pas injuste et trop prématuré de le cataloguer “d’imprévisible” alors qu’il vient à peine de prendre ses fonctions de Président des E-U.

    Si nous pouvions prendre un instant (si c’était possible) sa place en tant que candidat à ce poste, qu’elle aurait été notre réaction face à tant d’intolérance et de méchanceté de la part de ses opposants, en tenant compte de ses traits de caractère et de la manière de réagir d’un homme qui dû se battre toute sa vie pour devenir ce qu’il est?
    Vous me répondrez probablement que le mot “imprévisible” n’a pas de connotation péjorative dans votre texte, mais vous n’êtes pas le premier à l’écrire et certains le répétent tel un leitmotiv comme la plupart des média.

    Je suis intéressé depuis le début par ces élections américaines comme beaucoup d’amis d’Israël car l’avenir de ce pays tant décrié par beaucoup de monde, si ce n’est la majorité des nations,a vu l’élection d’un président hors normes, qui sera assez loin je l’espère du politiquement correct et du manque de courage politique que nous avons depuis longtemps l’habitude de voir.

    Alors ne pourrait-on pas commencer une fois par laisser un délai raisonnable et bien compris à un homme qui s’est donné pour tâche de rendre plus crédible son pays, une des nations les plus puissantes au monde.
    J’espère que vos lecteurs assidus et les autres dont je fais partie fassent le choix de faire confiance à un homme qui va devoir faire face à d’innombrables oppositions d’un monde qui tournent depuis trop longtemps à l’envers.

    Amitiés et respect à vous.

Leave a Response

Please note: comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.