Les Palestiniens ont perdu leur Etat le 29 novembre 1947

Ces jours-ci, les médias israéliens consacrent de nombreux articles, commentaires, et débats à cette fameuse résolution 181 adoptée par l’ONU, il y a tout juste 70 ans.

Dans l’enceinte du Palais de verre, en présence du vice-président des Etats-Unis, une cérémonie solennelle et symbolique s’est tenue pour célébrer ce vote historique.

Une confirmation du rôle positif d’Israël au sein de la communauté internationale, et un constat des bonnes relations diplomatiques que nous avons aujourd’hui avec 161 Etats de la planète. 

Soulignons que la Résolution 181 fut votée en 1947 par 33 pays contre 13 et 10 abstentions, dont celle de la Grande Bretagne. Tous les pays arabes votèrent contre, sapant ainsi une décision de l’ONU, refusant tout compromis et partage, en préférant la poursuite des hostilités, la haine du Juif et la guerre permanente.

Comment les leaders arabes de l’époque ont-ils été si stupides et aveugles et n’ont pas saisi l’ultime occasion du siècle ? N’ont pas profité de la seule et unique alternative de réconciliation entre Juifs et Arabes, adoptée par l’ONU et encouragée par les quatre puissances de l’époque, notamment par l’Union soviétique et la France, deux ans après la fin de la Deuxième Guerre mondiale ?

Plus grave encore, l’adoption du plan de partage et la création de l’Etat d’Israël avant la guerre aurait sans doute épargné la vie de millions de victimes et changé le cours de l’Histoire.

Pourtant, cette résolution tardive qui déclencha une véritable explosion de joie et d’allégresse dans les rues de Jérusalem et Tel-Aviv n’avait pas été acquise facilement par une partie de la population locale. Les ultrareligieux refusaient la feuille de route sioniste, l’extrême gauche craignait la vulnérabilité du nouvel Etat, et préférait attendre la venue de nombreux immigrants, tandis que la Droite révisionniste souhaitait un Etat sur les deux rives du Jourdain. Cependant, malgré les réticences, et contrairement aux Arabes, tous acceptèrent le compromis et le verdict du gouvernement provisoire.

La Résolution 181 est donc le résultat logique et diplomatique des efforts inlassables des dirigeants sionistes depuis le Congrès de Bâle de 1897, et par la suite, celle de la Déclaration Balfour de 1917. Le résultat de ces efforts a atteint son apogée le 14 mai 1948, avec la proclamation officielle de l’Etat d’Israël.

Depuis 70 ans, les Palestiniens sont mis à l’épreuve sans résultats tangibles. Dans le temps et dans l’espace, ils demeurent méfiants et hostiles, toujours en retrait de la modernité et du progrès. Leurs leaders poursuivent le même narratif de 1947, celui de la Nakba, et de la délégitimation. Ils déforment et manipulent sans scrupule les vérités et les documents historiques. 70 ans après, il est bien regrettable de constater la mauvaise foi et le double langage. Ce manque de courage et de vision qu’avaient les fondateurs de l’Etat juif.

Scène de liesse à Tel-Aviv à l’annonce de l’adoption du plan de partage (photo: GPO)

Un changement fondamental de la politique désastreuse des Palestiniens est impératif comme l’acceptation, sans aucune équivoque, de l’existence de l’Etat juif au sein du monde arabe. Seulement ainsi, on pourra redonner espoir à un éventuel nouveau partage. Un refus systématique de leur part prolongera le conflit et plongera les Palestiniens dans le désespoir et la terreur.

Dans ce contexte, ils attendront encore de nombreuses années pour voir naître leur Etat indépendant, tandis qu’Israël se prépare à célébrer, en grande pompe, son 70ième anniversaire.

Pour l’heure, nous attendons impatiemment le transfert de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, cette Ville sainte trimillénaire et notre unique capitale, dont la Résolution 181 évoquait injustement l’internationalisation.

Freddy Eytan

 


Pour citer cet article :

Freddy Eytan, « Les Palestiniens ont perdu leur Etat le 29 novembre 1947 », Le CAPE de Jérusalem, publié le 30 novembre 2017: http://jcpa-lecape.org/les-palestiniens-ont-perdu-leur-etat-le-29-novembre-1947/

Tagged as:

2 Comments

  1. si les palestiniens n’ont pas d état , c est parce qu ils ne sont pas un peuple !

    c’est bien le drame d’Israel : nous sommes confrontés a des populations sans aucune homogeneité , qui n’ont pour seul denominateur commun leur haine du juif et leur jalousie maladive autant que leur propre incapacité ; cela suffit il a construire un peuple ?

    la reponse est negative et le restera , une seule solution peux venir de la jordanie si ce pays artificiel survit a ses contradictions internes

  2. J’aime bien cet article !
    Je n’ai qu’une seule critique; en 1947 les Palestiniens etaient les Juifs !
    Le “peuple” palestinien (arabe) a ete invente a la fin des annees 60 par le KGB, comme nous l’a si bien explique Ion Mihai Pacepa! (et ceci pour nous mettre les batons dans les roues en tant que suppots de l’imperialisme americain). Rien ne differencie ces arabes de ceux de Jordanie ou ils sont majoritaires…
    Aussi je fais bien attention de toujours parler d’arabes de Palestine (une contree qui de tous temps s’etendait jusqu’au desert de Syrie et etait traverse par le Jourdain !) et non pas de Palestiniens…
    Nous avons fait la tres grande erreur d’adopter le narratif arabe ! Lorsque j’entends parler de frontieres de 67 a la radio ou television publique israelienne cela me donne la nausea; meme Obama,le grand ami d’Israel parlait de “Lines” (lignes).
    Bonne continuation

Leave a Response

Please note: comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.