Discours du Premier ministre Nétanyahou à l’ONU

Discours du Premier ministre Benjamin Nétanyahou à l’Assemblée générale de l’ONU – 19 septembre 2017

(Texte intégral traduit et adapté en français par le CAPE)

 

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Nous progressons dans un élan formidable, nous sommes aujourd’hui en pleine révolution. Ce changement se produit car de nombreux pays de la planète se réveillent, et ils ont enfin compris qu’Israël est capable de faire pour eux des merveilles.

Ces Etats reconnaissent maintenant ce que de brillants investisseurs, comme Warren Buffet, et d’excellentes entreprises, comme Google et Intel, ont reconnu depuis longtemps déjà : Israël est en effet le pays de l’innovation par excellence, la plaque tournante de la technologie de pointe, de l’agriculture, de l’irrigation et du dessalement de l’eau de mer, de la cybersécurité, de la médecine, des véhicules autonomes. Dans chaque domaine nous sommes capables d’être dans le peloton de tête.

Ces mêmes pays reconnaissent aussi les capacités exceptionnelles d’Israël dans la lutte contre le terrorisme.

Ces dernières années, Israël a fourni de précieux renseignements qui ont réussi à empêcher des dizaines d’attaques terroristes spectaculaires dans le monde entier.

Nous avons sauvé d’innombrables vies. Vous ne le savez pas peut-être, mais vos gouvernements le savent parfaitement. Nous collaborons étroitement avec eux pour que vos pays et vos citoyens soient en sécurité.

En vous parlant du changement profond concernant la position d’Israël à travers les continents, je tiens à vous informer que durant l’année écoulée, des centaines de chefs d’Etat et de gouvernement, des ministres, et hommes d’affaires se sont rendus en Israël, parmi eux, plusieurs, pour la première fois.

Au mois de mai dernier, le président Trump a été le premier président américain à inclure Israël dans sa première visite à l’étranger. Le Président Trump s’est rendu au Kotel (le Mur des Lamentations) au pied de l’esplanade du Mont du Temple, c’est là où les temples du peuple juif furent installés pendant près de mille ans. Lorsque le président a touché de ses propres mains ces roches antiques, il a réussi à faire vibrer nos cœurs pour l’éternité.

En juillet dernier, le Premier ministre Modi a été le premier chef d’un gouvernement indien à se rendre en Israël. Vous avez peut-être vu les images de cette visite historique. Nous étions ensemble au nord du pays, sur la plage de Hadera. Nous étions ensemble dans une jeep équipée d’un dispositif de dessalement portatif qu’un inventeur israélien a récemment imaginé. Puis, pieds-nus, nous avons marché dans l’eau de la Méditerranée, tout en buvant de l’eau de mer purifiée… C’était fantastique ! Imaginons ensemble toutes ces nouvelles inventions, ces formidables possibilités pour Israël, l’Inde, pour le bien de l’humanité entière.

 

Benjamin Nétanyahou et le président indien Modi, en Israël, juillet 2017 (photo : PMO)

 

Au cours de cette dernière année, j’ai eu aussi le privilège et l’honneur de représenter mon pays sur les six continents.

J’ai fait un voyage en Afrique, où j’ai observé des innovations israéliennes pour augmenter les rendements des cultures agricoles, transformer l’air en eau, et combattre le sida.

Je suis allé en Asie, où nous avons approfondi nos relations avec la Chine et avec Singapour. Nous avons également approfondi notre coopération avec nos amis musulmans, en Azerbaïdjan et au Kazakhstan.

J’étais en Europe, à Londres et à Paris, à Salonique et à Budapest, nous avons renforcé nos liens sécuritaires et économiques.

J’étais le premier chef de gouvernement israélien à visiter l’Australie, notre grande alliée.

Et la semaine dernière, j’ai fait un voyage en Amérique du Sud, en Argentine et en Colombie, puis je suis allé au Mexique. C’était la première fois, croyez-le ou non, qu’un chef de gouvernement israélien visitait ces pays d’Amérique latine.

70 ans après la renaissance de l’Etat Juif, le monde embrasse Israël, et Israël embrasse le monde.

C’est vrai, je n’ai pas encore visité l’Antarctique, mais un jour, j’irai là-bas. D’ailleurs, j’ai entendu dire que les pingouins sont aussi des supporters enthousiastes d’Israël.

Vous souriez, mais savez-vous que les pingouins n’ont aucune difficulté à reconnaître certaines choses, voir en noir et blanc, si elles sont justes ou fausses.

Malheureusement, en ce qui concerne les résolutions de l’ONU qui concernent Israël, cette simple reconnaissance est trop souvent absente. Elle fut ignorée en décembre 2016 lorsque le Conseil de sécurité a adopté une résolution anti-israélienne qui n’a fait que reculer la cause de la paix.

Elle était absente en mai dernier aussi, lorsque l’Organisation mondiale de la Santé a adopté une résolution parrainée par la Syrie qui a critiqué Israël pour les conditions de santé sur le plateau du Golan ! Incroyable mais vrai ! Comme le disait le légendaire John McEnroe, « Vous n’êtes vraiment pas sérieux !» C’est totalement absurde.

La Syrie a bombardé, affamé, gazé et assassiné des centaines de milliers de ses propres citoyens et a blessé des millions d’autres, alors qu’Israël a fourni des soins médicaux à des milliers de victimes syriennes durant toute cette guerre civile meurtrière. Pourtant, l’Organisation mondiale de la Santé trouve un bouc émissaire : Israël.

Croyez-vous qu’il n’y ait aucune limite aux absurdités de l’ONU en ce qui concerne Israël ?

Eh bien, apparemment non, car en juillet 2017, l’UNESCO affirme que la tombe des Patriarches à Hébron, est un site du patrimoine mondial palestinien. C’est vraiment pire que des Fake News, des nouvelles mensongères, c’est bien là une falsification pure et simple de l’Histoire. Certes, c’est vrai qu’Abraham, le père d’Ismaël et d’Isaac, est enterré là-bas, mais aussi Isaac, Jacob, Sarah, Rebecca. Sarah, (qui est un nom juif), et Leah, qui sont « par hasard » les patriarches et matriarches du peuple juif. Ceci, vous ne pourrez pas le lire dans le dernier rapport de l’UNESCO.

Mais si vous le souhaitez, je vous suggère de lire un ouvrage plus volumineux, son titre est la Bible. Je le recommande chaleureusement. Sur Amazon, il a obtenu 4 ½ étoiles sur 5. Il s’agit d’une excellente lecture que je lis régulièrement une fois par semaine.

Mesdames et Messieurs, soyons sérieux, malgré les absurdités, malgré les répétitions mensongères, nous assistons à de véritables changements. Lentement mais sûrement, il existe des signes positifs, même aux Nations-Unies.

Monsieur le Secrétaire général, j’apprécie vivement votre déclaration selon laquelle le refus du droit d’Israël à exister est purement et simplement de l’antisémitisme. Vos propos sont très importants car pendant trop longtemps, l’épicentre de l’antisémitisme mondial était ici, dans cette Assemblée, à l’ONU.

Cela pourrait prendre plusieurs années, mais je suis absolument convaincu que le tournant à l’égard d’Israël sera finalement aussi reflété dans ce forum. Je le dis avec certitude car j’observe un changement marqué dans la position de certains de nos amis.

Grâce au soutien sans équivoque du Président Trump à Israël ce changement positif se renforce. Président Trump, merci à vous d’avoir soutenu Israël à l’ONU. Et merci aussi à l’Ambassadrice, Nikki Haley, pour avoir dit franchement les quatre vérités sur Israël.

 

Nétanyahou et Trump dans les coulisses de l’Assemblée générale de l’ONU, 19 septembre 2017 (photo : GPO)

 

Cependant, Mesdames et Messieurs, ici-même à l’ONU, nous devrions dire aussi toute la vérité sur l’Iran, comme l’a d’ailleurs fait le Président Trump avec force, ce matin, à cette tribune. Vous savez que j’ai été ambassadeur à l’ONU, puis devenu Premier ministre, je suis donc bien longtemps dans l’exercice du pouvoir. J’ai pu écouter d’innombrables discours dans cette salle, mais je peux vous affirmer une chose : aucun n’a été si audacieux, si courageux que le président Trump. Il a défini, à juste titre, l’accord nucléaire iranien « d’embarras ». Je suis tout à fait d’accord avec lui parce que l’Iran promet chaque jour de détruire mon pays, cela a été prononcé encore hier, par leur chef d’état-major. L’Iran mène une campagne de conquête à travers le Moyen-Orient, et il développe des missiles balistiques pour pouvoir menacer le monde entier.

Il y a deux ans, j’étais ici même, expliquant pourquoi l’accord nucléaire iranien, non seulement ne bloquait pas la voie de l’Iran à la bombe atomique, mais l’encourageait à le poursuivre. J’ai employé le terme sunset clause (coucher du soleil) qui signifie que dans quelques années, ces restrictions seront automatiquement supprimées. Probablement, non pas par un changement dans le comportement de l’Iran, non pas, non plus, par une diminution de ses activités terroristes et ses agressions. Elles seront simplement supprimées par un simple changement prévu dans le calendrier. J’avais prévenu que lorsque ce jour viendra, tout le Moyen-Orient, et en fait, le monde entier sera assombri, plongera à l’heure du crépuscule, vers le déclin. L’Iran sera alors libre d’enrichir de l’uranium à une échelle industrielle, et possédera avec le temps un arsenal massif d’armes atomiques.

C’est pourquoi j’ai bien dit il y a deux ans que le plus grand danger du dernier Accord de Vienne n’est pas que l’Iran se précipite pour construire une unique bombe en rompant l’accord, mais que l’Iran soit en mesure de construire de nombreuses bombes en sauvegardant l’accord.

Au cours de ces derniers mois, nous avons tous observé ô combien sont dangereuses certaines armes nucléaires dans les mains d’un petit Etat voyou.

Imaginez donc le danger de centaines d’armes nucléaires entre les mains d’un vaste empire islamique iranien, avec des missiles capables d’atteindre toute la planète.

Je sais qu’il y a ceux qui défendent ardemment ce dangereux accord avec l’Iran, arguant que cela bloquerait sa voie vers la bombe.

Mesdames et Messieurs, ce sont exactement les mêmes qui nous ont dit les mêmes propos au sujet de l’accord nucléaire avec la Corée du Nord. Nous savons parfaitement comment cela a tourné. Malheureusement, si rien ne changera, l’accord avec l’Iran reproduira exactement le même scénario.

C’est pourquoi la politique d’Israël concernant l’accord nucléaire avec l’Iran est très simple : changez-le ou annulez-le ! Corrigez-le ou niez-le !

Imposer un véto à cet accord signifie rétablir une pression massive sur l’Iran, y compris des sanctions paralysantes, jusqu’au jour où l’Iran démantèlera complètement ses capacités de fabriquer des armes nucléaires. Le maintien de l’accord exige beaucoup de choses, parmi lesquelles l’inspection des sites militaires et de tout autre site suspect, et pénaliser l’Iran pour la moindre infraction. Mais avant tout, se débarrasser de la clause temporaire.

Et au-delà de la gestion de ce mauvais accord, nous devons également empêcher le développement iranien de missiles balistiques et contrer son agression croissante dans la région. Je me souviens que nous avions eu de nombreux débats sur ce sujet épineux. Comme vous le savez, j’ai joué un rôle assez actif. Et de nombreux partisans de l’accord nucléaire croyaient naïvement que cela pourrait rendre plus modéré le régime des Ayatollahs. « Ils seront assez responsables au sein de la société des nations », nous disaient-ils.

Comme vous pouvez l’imaginer, je suis bien entendu fortement en désaccord avec cette naïve analyse. J’ai prévenu que lorsque les sanctions contre l’Iran seront supprimées, l’Iran se comporterait comme un tigre déchainé, cherchant sa proie, dévorant les nations, l’une après l’autre. Et c’est précisément ce que fait l’Iran aujourd’hui.

De la mer Caspienne à la Méditerranée, de Téhéran à Tartous, le rideau iranien descend lentement sur le Moyen-Orient. L’Iran répand l’étendard de la tyrannie et de la terreur sur l’Irak, la Syrie, le Liban et ailleurs, et il s’engage à éteindre la lumière d’Israël.

Aujourd’hui, j’ai un simple message pour l’Ayatollah Khamenei, le dictateur de l’Iran : la lumière d’Israël ne sera jamais éteinte.

Ceux qui nous menacent d’anéantissement se mettent en péril mortel. Israël se défendra avec toute la force de ses armes et le plein pouvoir de ses convictions. Nous agirons pour empêcher l’Iran d’établir des bases militaires permanentes en Syrie, pour ses forces aériennes, maritimes et terrestres. Nous agirons pour empêcher l’Iran de produire des armes mortelles en Syrie ou au Liban pour qu’elles soient utilisées un jour contre nous. Et nous agirons pour empêcher l’Iran d’ouvrir de nouveaux fronts de terreur contre Israël, le long de notre frontière Nord.

Tant que le régime iranien cherchera la destruction d’Israël, l’Iran trouvera en face un ennemi israélien féroce et déterminé.

Mais, j’ai aussi aujourd’hui un message au peuple iranien :

Vous n’êtes pas notre ennemi, vous êtes nos amis. (Nétanyahou prononce ces mots également en perse)

Un jour, mes chers amis iraniens, vous serez libres de ce régime incarnant le Mal, de ce régime qui vous terrorise, pend les homosexuels, maltraite des journalistes, torture les prisonniers politiques et assassine des femmes innocentes, comme ce fut le cas avec Nida Sultan, gravement blessée et inconsciente, perdue dans les rues de Téhéran. Je n’ai pas oublié Nida, vous non plus.

Et quand ce jour de la liberté viendra enfin, l’amitié entre nos deux anciens peuples s’épanouira sans doute à nouveau.

Mesdames et Messieurs, Israël n’est pas le seul à se confronter au régime iranien. Nous nous tenons debout avec ceux du monde arabo-musulman qui partagent nos espoirs pour un avenir meilleur.

Nous avons fait déjà la paix avec la Jordanie et l’Egypte. J’apprécie le courageux président Abdel-Fatah el-Sissi, que j’ai rencontré ici la nuit dernière. J’apprécie son soutien à la paix et j’espère travailler en étroite collaboration avec lui et avec d’autres dirigeants de la région pour faire avancer la locomotive de la paix.

Israël s’est engagé à parvenir à la paix avec tous ses voisins arabes, y compris avec les Palestiniens. Hier, j’ai discuté avec le président Trump sur ce sujet. J’apprécie son leadership, son engagement à défendre Israël, son engagement à faire avancer un avenir pacifique pour tous. Ensemble, nous pouvons saisir les opportunités de paix et, ensemble, nous pouvons affronter les grands dangers de l’Iran.

L’alliance remarquable entre les États-Unis et Israël n’a jamais été aussi forte, n’a jamais été si profonde. Israël est profondément reconnaissant à l’administration Trump, au Congrès américain et au peuple américain.

 

Benjamin et Sara Nétanyahou écoutant le discours du président Trump à l’ONU, 19 septembre 2017 (photo : GPO)

 

Mesdames et Messieurs, cette année fut rempli de visites historiques mais aussi d’anniversaires. Il y a cent vingt ans, Theodore Herzl avait convoqué le Premier Congrès sioniste pour transformer notre passé tragique en un avenir brillant et en établissant l’Etat juif. Il y a cent ans, la Déclaration Balfour a fait progresser la vision d’Herzl en reconnaissant le droit du peuple juif à un Foyer national au sein de notre patrie ancestrale. Il y a soixante-dix ans, les Nations-Unies ont fait avancer cette vision en adoptant une résolution soutenant la création d’un Etat juif. Et il y a cinquante ans, nous avons réunifié notre capitale éternelle, Jérusalem, obtenant une victoire miraculeuse contre ceux qui cherchaient à détruire notre Etat.Theodore Herzl était notre Moïse moderne, et son rêve est devenu réalité. Nous sommes retournés à la Terre Promise, nous avons relancé notre langue, rassemblé nos exilés et construit une démocratie moderne et prospère.

Demain soir, les Juifs du monde célèbreront Rosh Hashana, le début de la nouvelle année hébraïque. C’est un moment fort de réflexion. Nous nous réjouissons de la renaissance miraculeuse de notre nation, et nous nous réjouissons avec fierté des contributions remarquables d’Israël à l’égard des nations. Elle continuera de le faire pour tous.

Regardez autour de vous et vous apercevez que ces contributions sont quotidiennes et dans tous les domaines. Dans les aliments que vous mangez, l’eau que vous buvez, les médicaments que vous prenez, les voitures que vous conduisez, les téléphones cellulaires que vous utilisez et de nombreuses autres façons de transformer en bien notre monde.

Cela est bien vu dans le sourire d’une mère africaine vivant dans un village lointain. Grâce à une innovation israélienne, elle ne doit plus marcher plus de huit heures par jour pour apporter de l’eau potable à ses enfants.

Vous le voyez aussi dans les yeux d’un enfant arabe, qui a été transporté à un hôpital israélien pour subir une opération cardiaque urgente.

Et vous le voyez dans les visages des personnes touchées par les tremblements de terre d’Haïti et du Népal, sauvés sains et saufs des décombres grâce à des médecins israéliens.

C’est bien ainsi que le prophète Isaïe disait : « Vous serez Lumière pour les nations, apportant le salut aux extrémités de la terre ».

Aujourd’hui, 2.700 ans après la prophétie d’Isaïe, Israël devient une puissance montante parmi les nations. Et enfin, sa lumière brille sur les continents, apportant l’espoir et le salut jusqu’aux extrémités de la planète.

Bonne année, Shana Tova ! Je vous remercie !

 

Traduction du CAPE de Jérusalem

 


 

Pour citer cet article :

Le CAPE, « Discours du Premier ministre Nétanyahou à l’ONU  », Le CAPE de Jérusalem, publié le 24 septembre 2017: http://jcpa-lecape.org/discours-du-premier-ministre-netanyahou-a-l-onu/


Photos : Facebook de Benjamin Nétanyahou / GPO.


 

Tagged as:

Leave a Response

Please note: comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.