L’importance stratégique de la zone E-1

*La zone e-1 fait partie de Maalé Adoumim, ville-dortoir de la capitale de l’Etat juif. Un plan de construction existe pour pouvoir relier les 36 000 habitants de Maalé Adoumim avec Jérusalem. Tous les Premiers ministres depuis Yitzhak Rabin à ce jour ont soutenu ce plan. La zone e-1 est en fait une zone largement inhabitée et c’est bien l’Etat qui est le propriétaire.

*Le contrôle de la zone e-1 est indispensable et vital pour le développement de la région et la sécurité de l’Etat d’Israël. Une  ceinture palestinienne de construction pourra en effet menacer Jérusalem par l’Est et éviterait un contrôle de la route Jérusalem-Jéricho. Cette artère principale est d’une importance stratégique capitale pour pouvoir en cas de conflit armé transporter des troupes et des équipements vers l’Est et le Nord du pays via la vallée du Jourdain.

*Contrairement aux différentes analyses et l’avis de certains observateurs, la construction de la zone E-1 ne pourra pas couper la Cisjordanie en deux et ne portera aucune atteinte à la contigüité  palestinienne. Israël a déjà planifié une nouvelle route qui permettra aux Palestiniens venant du sud de circuler vers l’Est de Maalé Adoumim et poursuivre leur chemin vers les villes du nord de la Cisjordanie. En fait, ce détour réduirait le laps de temps des véhicules palestiniens circulant en direction nord-sud et éviterait des barrages routiers.

*En réalité la principale menace pour une future contigüité territoriale israélienne est due surtout aux constructions palestiniennes illégales et sauvages dans cette zone problématique. La construction israélienne et palestinienne en Cisjordanie a été régie par les dispositions juridiques inscrites dans l’accord intérimaire d’Oslo II du 28 septembre 1995. La zone E-1 est située au sein de la zone C, à savoir selon cet accord, Israël pourra conserver ses pouvoirs de planification et par conséquent la plupart des constructions récentes palestiniennes est illégale. En revanche, les accords d’Oslo n’interdissent pas des activités d’implantations israéliennes, et pourtant jusqu’à ce jour Israël s’est abstenu de le faire dans cette zone pour éviter des frictions avec la communauté internationale.

La zone e-1 (Est 1) est adjacente de l’Est de Jérusalem et sa superficie est de 12 hectares seulement, en majorité inhabitable.

Il existe en Israel un large consensus concernant la nécessité de relier Maalé Adoumim à Jérusalem via la construction de la zone E-1. Et pourtant, à l’exception du siège du district de la police de Judée Samarie  aucune autre construction n’a été effectuée en raison d’une farouche opposition américaine.

Depuis que ce plan a été approuvé voila déjà 13 ans, la superficie de cette zone a été réduite par la présence de tribus bédouines et une  construction palestinienne illégale. De ce fait, le corridor s’est rétréci à une largeur d’un seul kilomètre.

Pour pouvoir garantir le statut de Jérusalem comme capitale de l’Etat juif, les gouvernements israéliens successifs ont planifié et ont construit  des quartiers-dortoirs autour de la ville sainte. Maalé Adoumim à l’Est, Givat Zéev au nord, Efrat au sud et  Bétar, au sud ouest de Jérusalem. Tous ces quartiers forment une seule zone métropolitaine et sont destinés à demeurer sous souveraineté de l’Etat d’Israël et être annexés dans le cadre d’un accord de paix permanent.

Le 14 avril 2004, le Président américain George W.Bush a remis au Premier ministre Ariel Sharon une missive qui confirme que dans tout arrangement final israélo-palestinien, la réalité démographique créée sur le terrain depuis la Guerre des Six-Jours devrait être prise en compte, et de ce fait des modifications sont nécessaires. En clair, Israël ne pourrait plus  se retirer de toutes les zones de la Cisjordanie.

La barrière de sécurité a été tracée sur la base de ce principe et afin d’incorporer les principaux blocs d’implantations. Quelques 220,000 des 290,000 résidents de la Judée et la Samarie habitent au sein de ces grands blocs. La Cour suprême de justice a d’ailleurs confirmé le principe d’inclure ces blocs d’implantations à l’ouest de la barrière de sécurité.

Maalé Adoumim a été créée en 1977 et elle est devenue une ville à part entière en 1991. Aujourd’hui le nombre de ses habitants est de 36000 et il est prévu en 2020 de l’accroître à 70,000. Cette ville est située à la lisière du désert de Judée à environ 7 kms à l’est de la route Jérusalem-Jéricho, et est elle est proche des quartiers nord de la capitale : Pisgat Zéev, Hagiva Atsrfatit et Ramat Eshkol.

Une grande partie des terres de la zone E-1 ne conviennent pas à la construction en raison des considérations topographiques et qu’une partie est destinée à devenir une réserve naturelle. Sur son côté ouest, il est prévu un logement résidentiel de 3500 unités de logement accompagnées de lieux  touristiques, des hôtels, et des entreprises industrielles et commerciales qui pourront servir toute la population de la région de Jérusalem et fournir des milliers d’emplois pour les Israéliens et les Palestiniens.

En conclusion, la réalisation de la zone e-1 est d’un intérêt vital pour l’Etat juif et un retard dans la construction mettrait en péril sa réalisation effective en raison de la construction palestinienne illégale et la présence massive des campements bédouins. Plus grave encore, il risque de séparer la ville de Maalé Adoumim et de l’isoler  à jamais de Jérusalem.

Tagged as: , ,

Leave a Response

Please note: comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.