Le discours de Benjamin Netanyahou aux Nations-Unies

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou s’est adressé à l’Assemblée générale de l’ONU, le 1er octobre 2015.

Il a notamment accusé les Nations-Unies de ne « rien faire » pour empêcher l’Iran de vouloir détruire Israël, en brandissant l’ouvrage de l’ayatollah Khamenei où celui-ci  appelle à éradiquer l’Etat juif « dans les 25 ans. »

Dans un geste particulièrement saisissant, Benjamin Netanyahou a arrêté son discours pendant près d’une minute pour dénoncer avec force le « silence assourdissant » de la communauté internationale. Par ailleurs, il a exhorté l’Organisation des Nations-Unies à en finir avec l’« Israël bashing », la campagne de dénigrement à l’encontre de l’Etat juif. 

Le Premier ministre israélien a également déclaré être prêt à reprendre les négociations avec les Palestiniens sans condition préalable. Cependant, il mis en garde Mahmoud Abbas contre les discours d’incitation à la haine du Juif et l’a sommé « d’arrêter de répandre des mensonges sur les intentions d’Israël » à propos du Mont du Temple à Jérusalem.

Retrouvez ici l’intervention de Benjamin Netanyahou à la tribune des Nations-Unies, puis le texte intégral de son allocution.

Discours de Benjamin Nétanyahou devant l’Assemblée générale des Nations-Unies, le 1er octobre 2015 :

Mesdames et Messieurs,

Tout d’abord, je tiens à vous transmettre les salutations de Jérusalem. La ville dans laquelle les espoirs et les prières du peuple juif pour la paix de l’Humanité se sont fait l’écho à travers les générations. Il ya trente et un ans, ici même devant cette tribune, en tant qu’ambassadeur d’Israël à l’ONU, je m’insurgeais contre une résolution parrainée par l’Iran d’expulser Israël des Nations-Unies.

Hier comme aujourd’hui, l’ONU est obsessionnellement hostile envers Israël, contre ce seul Etat véritablement démocratique au Moyen-Orient. Hier comme aujourd’hui, on cherche à refuser au seul Etat juif de la planète sa place dans la société des nations. J’avais achevé mon premier discours devant cette Assemblée par ces paroles : «  Mesdames et Messieurs, abandonnez votre fanatisme ! Laissez-le au seuil d’entrée de l’hémicycle »

Plus de trois décennies plus tard, en tant que Premier ministre d’Israël, j’ai à nouveau le privilège de prendre la parole devant cette tribune. Ce privilège est toujours lié, pour moi, par une responsabilité morale, de dire toujours et sans équivoque la vérité. Ainsi, après avoir écouté durant trois jours les discours des dirigeants de la planète justifiant l’accord nucléaire signé avec l’Iran, je débuterai mon discours d’aujourd’hui en disant : « Mesdames et Messieurs, abandonnez votre enthousiasme derrière cette porte. » Voyez-vous, vous le constatez, cet accord n’a pas renforcé la paix !

Au contraire, en alimentant l’Iran avec des milliards de dollars, en allégeant les sanctions, le danger de guerre devient plus probable. Il suffit d’observer ce que l’Iran a fait au cours des six derniers mois seulement, depuis l’accord-cadre signé à Lausanne :

L’Iran a renforcé son approvisionnement en armes dévastatrices en Syrie. L’Iran a encore envoyé des combattants de sa Garde révolutionnaire en Syrie. L’Iran a envoyé des milliers de combattants chiites afghans et pakistanais en Syrie. L’Iran fait tout pour soutenir le régime brutal de Bachar el Assad. L’Iran a également expédié des tonnes d’armes et de munitions aux rebelles Houthi au Yémen, un acheminement d’armes vient de se faire il y a seulement deux jours.

L’Iran a menacé de renverser le régime du roi hachémite de Jordanie. Le Hezbollah, satellite de l’Iran au Liban, a obtenu clandestinement des missiles SA-22 pour pouvoir abattre nos avions, et des  missiles de croisière Yakhont pour faire couler nos navires. L’Iran a fourni au Hezbollah des missiles sol-sol avec un système précis de guidage, ainsi que des drones d’attaque pouvant frapper précisément toute cible en Israël. L’Iran a aidé le Hamas et le Jihad islamique à Gaza dans la construction de drones chargés d’armes.

L’Iran a aussi clairement exprimé son intention d’ouvrir deux nouveaux fronts terroristes contre Israël, en Cisjordanie et sur le plateau du Golan, avec l’appui de généraux de la Garde révolutionnaire. C’est à partir de ce plateau que des roquettes sont tirées sur le nord d’Israël. Israël continuera à répondre avec force à toute attaque en provenance de Syrie. Israël continuera à empêcher le transfert d’armes stratégiques au Hezbollah depuis et à travers le territoire syrien.

Nous découvrons chaque semaine de nouveaux réseaux terroristes que l’Iran et le Hezbollah installent à travers le monde. Trois cellules ont été récemment découvertes au Koweït, en Jordanie et à Chypre. En mai dernier, les forces de sécurité cypriotes ont découvert dans un appartement de Larnaka cinq tonnes de nitrate d’ammonium, une quantité similaire d’explosifs qui a été utilisé pour faire sauter le 19 avril 1995 le bâtiment fédéral à Oklahoma City.

Mesdames et Messieurs, tout ce que je viens de décrire, a été commis par l’Iran durant les six derniers mois, au moment même où il tentait de convaincre le monde entier pour supprimer les sanctions. Imaginez aujourd’hui, ce que l’Iran fera après la levée de ces sanctions. Sans aucun obstacle, sans contrainte,  il se jettera tel un animal sur sa proie.

Après la signature de l’accord sur le nucléaire, l’Iran pourra dépenser des milliards de dollars pour développer des armes et des satellites. Pensez-vous qu’il le fera pour faire progresser la paix ? Pensez-vous qu’avec ces centaines de milliards de dollars obtenus par la signature de contrats fabuleux l’Iran changera ? Le tigre impitoyable se transformera soudain en chaton ? Réfléchissez !

En 2013, le président Rouhani a commencé sa prétendue offensive de charme ici même, à l’ONU. Deux ans plus tard, l’Iran multiplie les exécutions de prisonniers politiques, contribue à l’escalade régionale, et renforce ses réseaux mondiaux de la terreur. Certes, nous disons que les actes sont plus éloquents que les mots, mais dans le cas de l’Iran, les mots sont plus forts que les actes. Il suffit d’écouter le commandant adjoint de la Force el Qods des Gardiens de la Révolution. Voici ce qu’il a déclaré en février dernier : “La révolution islamique n’est pas limitée par des frontières géographiques ….” Il se vantait que l’Afghanistan, l’Irak, le Liban, la Syrie, la Palestine et le Yémen sont parmi les pays “conquis par la République islamique d’Iran.” Il bien dit « conquis ».

Et pour ceux d’entre vous qui croient vraiment que l’accord de Vienne apportera un changement radical dans la politique de l’Iran, il suffit d’écouter ce que le leader suprême, l’Ayatollah Khamenei, a déclaré cinq jours seulement après la signature de l’accord sur le nucléaire à Vienne : «Notre politique à l’égard du gouvernement arrogant des États-Unis ne changera point ! ” Les États-Unis, promet-il continueront à être un ennemi impitoyable de l’Iran.

Plus vous donnerez aux mollahs de l’argent plus la répression à l’intérieur et l’agressivité extérieure de ce pays sera plus forte et plus cruelle.

En tant que leader d’un pays qui se défend quotidiennement contre cette agression, j’aurai  bien voulu croire que cet accord pourrait bloquer le chemin vers l’arme atomique. Hélas, je ne peux pas y croire car la situation sur le terrain est malheureusement tout autre. Certes, cet accord met plusieurs contraintes sur le programme nucléaire de l’Iran. Et à juste titre, parce que la communauté internationale reconnaît que l’Iran est si dangereux. Toutefois, le piège est là, omniprésent.

En vertu de l’accord, et admettons que l’Iran ne changera pas, il deviendra même encore plus dangereux dans les années à venir, les contraintes seront automatiquement levées à partir de la dixième et quinzième année. De fait, le régime islamique de la terreur aura facilement accès à la matière fissile, et en un laps de temps de quelques semaines accessible à l’arsenal de bombes nucléaires.

Cet accord est donc absurde car si l’Iran veut être traité comme un pays normal, il doit avant tout agir normalement comme tout le monde. Mais l’Iran est une théocratie radicale, sombre et cruelle, ses discours sont belliqueux, il conquiert ses voisins, parraine le terrorisme dans le monde entier et scande “Mort à Israël”, “Mort à l’Amérique.” Croyons-nous vraiment qu’il pourra changer ? Que dans la jungle le tigre n’utilisera pas ses griffes et ses crocs ?  Vous connaissez parfaitement cette règle qui dit textuellement : lorsqu’une mauvaise conduite est récompensée, le mauvais comportement empire toujours de plus belle.

Mesdames et Messieurs, Je le dis depuis longtemps que le plus grand danger de la planète demeure le lien étroit des Islamistes avec les armes nucléaires. J’en suis gravement préoccupé par cet accord bien que certaines personnes bien intentionnées croient sincèrement que cet accord est le meilleur moyen de bloquer le chemin de l’Iran à la bombe. Mais l’une des plus importantes leçons apprises dans l’Histoire c’est que les meilleures intentions n’ont pas toujours prévenu les pires résultats.

La grande majorité des Israéliens pense que cet accord nucléaire avec l’Iran est un très mauvais accord. Ce qui rend à nos yeux les choses encore pire c’est que nous voyons un monde qui se félicite de cet accord, se précipitant pour embrasser les Ayatollahs et faire des affaires avec un régime ouvertement engagé à notre destruction. La semaine dernière, le major-général Salehi, chef d’état major de l’armée iranienne a dit, je le cite : “nous allons sûrement anéantir Israël ! ” Nous sommes heureux que nous soyons le fer de lance, au premier front pour pouvoir détruire Israël et exécuter l’ordre sacré du Guide suprême.”

Le mois dernier, le Guide suprême lui-même, quelques jours après l’accord, a publié un livre. Le voici ! je le tiens !  Dans cet ouvrage, plus de 400 pages détaillant comment planifier la destruction de l’Etat d’Israël.

 

Récemment, Khamenei a une nouvelle fois évoqué ses intentions génocidaires, et  devant l’Assemblée cléricale des experts, il évoqua Israël, comme le foyer de plus de six millions de juifs. Il promit “qu’il n’y aura plus d’Israël dans 25 ans.” Soixante-dix ans après l’assassinat systématique de six millions de Juifs par les Nazis, les dirigeants iraniens promettent de détruire mon pays. Assassiner mon propre peuple.

Nous n’avons entendu aucune réponse, aucune réaction de la part de cette Assemblée, aucune réponse de la part de la majorité écrasante  de chacun des gouvernements représentés ici ! Rien ! Absolument rien! Un silence assourdissant ! (après un long silence prémédité par Netanyahou dans la salle, le Premier ministre reprend la parole)

Peut-être que vous pouvez maintenant comprendre pourquoi Israël ne s’est pas associé à vous pour célébrer cet accord. Si les dirigeants iraniens voulaient anéantir vos pays, peut-être seriez-vous moins enthousiastes dans cette triste affaire. Si les terroristes soutenus par l’Iran avaient tiré des milliers de roquettes sur vos villes et villages, alors peut-être votre jugement et votre éloge auraient été plus mesurés. Et si cet accord avait déclenché une course aux armements nucléaires dans votre propre région, alors vous seriez plus réticents !

Mais ne croyez pas que l’Iran est un danger seulement pour Israël. L’Iran a également construit des missiles balistiques intercontinentaux dont le seul but est de transporter des ogives nucléaires. Ils pourront atteindre non seulement Israël mais aussi l’Europe, l’Amérique, une destruction massive à tout moment, n’importe où.

Mesdames et Messieurs, Il est difficile de s’opposer à quelque chose que les nations du monde, les superpuissances  y voient d’un bon œil. Croyez-moi, il est beaucoup plus facile de garder le mutisme. Mais tout au long de notre histoire, le peuple juif a appris le lourd tribut de l’indifférence, du silence. En tant que Premier ministre de l’Etat juif, pour celui qui connait parfaitement l’Histoire, eh bien, je refuse d’être silencieux.

Je le dit une fois encore : les jours où le peuple juif est resté passif face à des ennemis génocidaires sont révolus. Ne pas être passif signifie aussi nous défendre contre tous ces dangers.

Israël ne permettra pas l’Iran de bafouer, de violer par la ruse cet accord et de se se faufiler ainsi sur la pointe des pieds dans le club restreint des Etats possédant des armes nucléaires. Je sais qu’empêcher l’Iran de développer des armes atomiques demeure toujours la politique officielle de la communauté internationale. Mais personne au monde ne devrait remettre en question la détermination d’Israël à se défendre contre ceux qui cherchent à le détruire.

Depuis la nuit des temps, dans chaque génération, plusieurs pays voulaient nous anéantir. Dans l’Antiquité, c’était les anciens empires de Babylone et de Rome. Au Moyen Age, nous avons affronté l’Inquisition et l’Expulsion. Puis, les les pogroms et l’Holocauste. Pourtant, le peuple juif a résisté et tous les autres empires ont disparu.

Aujourd’hui, un nouveau régime a surgi, jurant de détruire Israël. Il devrait bien réfléchir. Je suis ici aujourd’hui pour représenter Israël, un pays jeune de 67 ans, foyer de l’État-nation, d’un vieux peuple âgé de près de 4000 ans.

Je souligne que les empires de Babylone et Rome ne sont pas représentés dans cette Assemblée des Nations. Ni le fameux Reich de mille ans. Ces empires apparemment invincibles ont disparu depuis longtemps. Seul Israël vit. HAM ISRAËL HAI ! עם ישראל חי

La renaissance d’Israël est un témoignage de la détermination de mon peuple. Depuis une centaine de générations, le peuple juif rêvait d’un retour à la
terre d’Israël. Même dans nos heures les plus sombres, nous n’avons jamais perdu l’espoir de reconstruire notre capitale éternelle Jérusalem.

La création d’Israël a fait réaliser ce rêve. Il nous a permis de vivre comme un peuple libre sur notre terre ancestrale. Cela nous a permis d’adopter les Juifs qui sont venus des quatre coins de la terre pour trouver refuge contre toute persécution. Ils sont venus de l’Europe déchirée par la guerre, du Yémen, d’Irak, du Maroc, de l’Ethiopie et de l’Union soviétique, et tant d’autres pays. Et aujourd’hui, avec cette nouvelle marée montante de l’antisémitisme à travers l’Europe et ailleurs, de nombreux Juifs s’installent en Israël pour se joindre à nous dans la construction de notre Etat.

Dans ce contexte, voici mon message adressé aux dirigeants de l’Iran : votre plan pour détruire Israël échouera ! Israël ne permettra à aucune force sur cette terre de menacer son avenir. Et voici mon message à tous les pays représentés ici : Quoi que vous adoptez des résolutions dans cette enceinte, toutes les décisions que vous pouvez prendre dans vos capitales, Israël fera tout de son devoir pour se défendre et défendre son peuple.

Mesdames et Messieurs les délégués, Comme cet accord est un fait accompli, j’espère que vous allez bien l’appliquer … comment dire ? Soyez rigoureux, appliquez à la lettre toute les causes, veillez plus scrupuleusement aux six résolutions du Conseil de sécurité que l’Iran avait bafoué systématiquement. Assurez-vous que les inspecteurs inspectent réellement. Assurez-vous que les sanctions pourront effectivement être rétablies à chaque violation. Et surtout assurez-vous que les violations de l’Iran ne seront pas balayées sous le tapis persan.

Eh bien, une chose je peux enfin vous assurer :  Israël veillera de très près, à la loupe … La communauté internationale doit maintenant soutenir et renforcer ceux qui luttent contre l’agression de l’Iran, à commencer par Israël. N’hésitez pas d’utiliser tous les outils disponibles pour  pouvoir démanteler les réseaux de la terreur iranienne.

Mesdames et Messieurs, Israël travaille en étroite collaboration avec nos partenaires arabes (Egypte et Jordanie) pour relever les défis communs contre l’Iran, contre l’Etat islamique et les autres organisations terroristes.

Nous travaillons également avec d’autres États du Moyen-Orient, en Afrique, en Asie et ailleurs. Beaucoup dans notre région savent que l’Iran et Daesh sont nos ennemis communs. Mais quand vos ennemis se battent entre eux, il ne faut jamais renforcer l’un ou l’autre, il est important d’affaiblir les deux à la fois.

Les dangers communs nous rapprochent clairement de nos voisins arabes, j’espère pouvoir construire ensemble des partenariats durables pour la sécurité, la prospérité et la paix. Mais une chose est certaine. Nous ne pourrions jamais oublier que le partenaire le plus important est, et sera toujours, les États-Unis d’Amérique.

L’alliance entre Israël et les Etats-Unis est inébranlable. Le président Obama et moi sommes d’accord sur la nécessité d’empêcher les terroristes soutenus par l’Iran d’acquérir des armes dévastatrices. Nous sommes d’accord sur la nécessité d’empêcher l’Iran de déstabiliser les pays du Moyen-Orient.

Israël apprécie profondément la volonté du président Obama de renforcer notre sécurité, d’aider à conserver son avantage militaire qualitatif, et soutenir Israël à affronter les énormes défis auxquels nous sommes confrontés. Israël est reconnaissant que ce sentiment est largement partagé par le peuple américain et ses représentants au Congrès, à la fois par ceux qui ont soutenu l’accord et par ceux qui s’y opposent.

Le président Obama et moi-même avons dit que nos divergences sur ce point sont un désaccord au sein d’une famille. Nous n’avons nul désaccord sur la nécessité de travailler ensemble pour assurer notre avenir commun. Il pourrait être fantastique.

Dans ce 21ième siècle Israël est exceptionnellement bien placé pour saisir toutes les opportunités. Il se trouve dans le peloton mondial en science et en technologie, dans le domaine des ordinateurs et  logiciels, dans le domaine de l’eau, l’agriculture la médecine, la biotechnologie et de nombreux autres domaines. Israël est la nation de l’innovation.

Le savoir-faire israélien est partout. Il est dans les microprocesseurs, dans vos ordinateurs et Smartphones, dans vos armoires à pharmacie, dans vos assiettes… Nous avons obtenu des Prix prestigieux et des Nobel, pour toutes ces prouesses…

Nous sommes si fiers que notre petit pays contribue en si peu de temps au bien être du monde entier. Cependant, les rêves de notre peuple, ceux prédits par les grands prophètes de la Bible, ne pourront pleinement se réaliser seulement qu’en temps de paix. Les accords de paix que nous avons signés avec l’Egypte et la Jordanie sont deux pierres angulaires de la stabilité.

Israël reste attaché à la réalisation de la paix avec les Palestiniens aussi. Les Israéliens connaissent le prix de la guerre. Je connais parfaitement ce douloureux prix. J’ai failli être tué dans la bataille. J’ai perdu beaucoup d’amis. J’ai perdu mon bien-aimé, mon propre frère Yoni. Ceux qui connaissent le prix de la guerre peuvent mieux apprécier les bienfaits de la paix, pour nous-mêmes, nos enfants, et nos petits-enfants.

Je suis prêt immédiatement à reprendre les négociations de paix directes avec l’Autorité palestinienne sans aucune condition que ce soit. Malheureusement, le président Abbas a déclaré hier qu’il ne serait pas disposé à le faire. Eh bien, je le relance ici puisque je suis toujours attaché à la vision de deux Etats pour deux peuples, dans lequel un Etat palestinien démilitarisé reconnaîtra l’Etat juif.

Vous savez, le processus de paix a commencé il ya plus de deux décennies. Pourtant, malgré les meilleurs efforts de six Premiers ministres Israéliens – Rabin, Pérès, Barak, Sharon, Olmert et moi-même – les Palestiniens refusent toujours de mettre un terme au conflit et de signer une paix définitive avec Israël. Et malheureusement, une fois encore, vous l’avez entendu hier devant cette tribune le président Abbas persiste et signe dans le mauvais sens.

Comment Israël peut faire la paix avec un partenaire palestinien qui refuse même de s’asseoir à la table de négociation? De respecter ses engagements ?

Président Abbas, je sais que ce n’est pas facile pour vous. Je sais que cela est difficile, mais nous le devons à nos peuples, d’essayer, de continuer à essayer, de résoudre ce conflit entre nous, évitons que le futur Etat palestinien ne se transforme en tremplin pour créer une autre dictature islamiste au Moyen-Orient.

Oeuvrons ensemble pour pouvoir vivre en paix côte à côte. Nous pouvons faire des choses remarquables ensemble, des merveilles pour nos peuples. L’ONU peut aussi nous aider à faire progresser la paix, en soutenant des négociations directes et inconditionnelles. Mais les Nations-Unies ne pourront certainement pas aider à la paix par des solutions imposées, par un diktat, et en encourageant les saboteurs palestiniens de la paix.

Et l’ONU, distingués délégués, devrait faire beaucoup plus. Arrêtez enfin le dénigrement obsessionnel à l’encontre d’Israël. Voici juste un exemple absurde : durant ces quatre années de terribles hostilités en Syrie, plus d’un quart de million de personnes ont perdu leurs vies, c’est-à-dire en chiffres, plus de dix fois le nombre d’Israéliens et de Palestiniens tués durant tout un siècle. Et pourtant, cette Assemblée a adopté 20 résolutions contre Israël et une seule résolution à propos des massacres sauvages en Syrie.

Voici l’injustice ! La disproportion ! une vingtaine contre une seule ! Eh bien, franchement, je ne suis pas surpris. Assez! C’est assez ! Trente et un ans après avoir tenu mon premier discours ici, je me demande toujours quand l’ONU va finalement abandonner son fanatisme anti-israélien ? Quand l’ONU cessera enfin de calomnier systématiquement Israël comme si nous représentons une menace à la paix ? Quand allez-vous réellement commencer à aider Israël pour avancer la locomotive de la paix ?

Et la même question je la pose aussi aux dirigeants palestiniens. Quand allez-vous commencer à travailler avec Israël pour faire avancer la paix ? Quand allez-vous cesser de diffamer, d’arrêter l’incitation à la haine et la violence ?

Président Abbas, pour commencer dans ce sens, arrêtez de répandre des mensonges sur les intentions présumées d’Israël sur le Mont du Temple. Israël est pleinement engagé à maintenir le statu quo. Président Abbas vous auriez du parler hier contre toutes les actions des militants islamistes, qui, par la voie de la contrebande, acheminent des explosifs dans la mosquée al-Aqsa, empêchant ainsi aux Juifs et aux chrétiens de visiter les Lieux saints. Voilà la véritable menace pour ces sites sacrés.

Un millier d’années avant la naissance du christianisme, plus de 1500 ans avant la naissance de l’Islam, le roi David a fait de Jérusalem notre capitale, et le roi Salomon a construit le Temple sur ce mont. Et Pourtant, Israël respecte et respectera toujours les sanctuaires sacrés de tous. Dans une région ravagée par la violence et par l’intolérance inimaginable, dans laquelle des fanatiques islamiques détruisent des anciens trésors de la civilisation, Israël demeure un phare dominant et lumineux de tolérance.

Loin de mettre en péril les lieux saints, Israël assure leur sécurité. Contrairement aux puissances qui ont gouverné Jérusalem dans le passé, Israël respecte les Lieux saints et la liberté de culte pour tous – Juifs, Musulmans, et Chrétiens. Et cela, Mesdames et Messieurs, ne changera jamais. Israël restera toujours fidèle à ses valeurs universelles.

Les Juges d’Israël de notre Cour suprême sont indépendants et leur jugement toujours implacable. Tandis que notre communauté chrétienne continue à croître et à prospérer, d’année en année, les autres communautés chrétiennes de la région sont décimées.

Une jeune étudiante musulmane israélienne peut sans contrainte prononcer un brillant discours dans nos meilleures universités. Des médecins et des infirmières israéliens – médecins et infirmières de l’armée israélienne traitent des milliers de blessés fuyant les champs de la mort en Syrie, et des milliers d’autres soignent les victimes des catastrophes naturelles à Haïti ou au Népal.

C’est bien ça le vrai visage d’Israël. Ce sont là les véritables valeurs ! Au Moyen-Orient, ces valeurs sont bafouées sauvagement et quotidiennement par des militants islamistes qui forcent par la terreur des millions de gens à fuir leurs foyers vers de lointains pays. Nous sommes à quelques dizaines de kilomètres seulement de l’Etat islamique, à quelques centaines de mètres de mercenaires sanguinaires soutenus par l’Iran, et pourtant Israël résiste, fièrement et courageusement, pour défendre la Liberté et le Progrès.

Israël est en première ligne du monde libre dans la bataille contre la barbarie.

Alors, je conseille aux Nations-Unies de ne plus poursuivre cette routine honteuse de dénigrement à l’égard d’Israël, mais au contraire de nous soutenir. Si vous ne le faites pas, eh bien, le fanatisme et la terreur se propagera, vous atteindra tôt ou tard, et il sera à vos portes.

Soyez aux côtés d’Israël, car nous empêchons de toute notre force que le fanatisme se rapproche de vos portes.

Mesdames et Messieurs,

Soyez aux côtés d’Israël parce qu’Israël non seulement se défend. plus que jamais, mais simplement parce qu’Israël vous défend, vous !

 

Le CAPE


N.B. : Toutes nos illustrations sont libres de droits.

Leave a Response

Please note: comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.