La nouvelle stratégie du Hamas

wikipedia-haleviAprès 51 jours de combats acharnés dans la bande de Gaza, le chef du Hamas, Khaled Mechaal, révèle enfin ses véritables intentions. Sa nouvelle stratégie repose sur deux piliers :

– Une campagne menée conjointement avec l’Autorité palestinienne pour délégitimer l’Etat juif ;

– Un filet de sécurité économique pour reconstruire la bande de Gaza et assurer la poursuite des activités du Hamas, notamment la lutte armée contre Israël.

Le chef du Hamas est conscient du fait que l’usage de la violence et de la terreur ne lui font encourir aucune mesure punitive de la part de la communauté internationale. La lutte armée lui est au contraire bénéfique puisqu’après chaque opération israélienne, le Hamas est récompensé par une aide économique généreuse pour reconstruire et développer son territoire, ce qui ne peut que l’encourager. Quant à la réconciliation nationale palestinienne, le véritable objectif du Hamas est d’en profiter pour, plus tard, prendre le pouvoir et le contrôle de l’OLP.

C’est dans ce contexte que Mashaal peut se féliciter et affirmer sans rougir que l’opération “Bordure Protectrice” s’est achevée par une « grande victoire » pour les Palestiniens. Cette victoire a été selon lui obtenue grâce à la ténacité et à la capacité militaire des Brigades Al-Qassam et de toutes les organisations palestiniennes. Toujours selon Mechaal, ses combattants ont réussi à lancer des roquettes et des missiles contre des cibles civiles et stratégiques israéliennes et ont dissuadé Tsahal de conquérir la bande de Gaza et de renverser le Hamas.

Lors d’une conférence de presse tenue à Tunis le 13 septembre 2014, Mechaal a présenté son programme et ses cinq prochains objectifs stratégiques :

 

1er objectif : La reconstruction de Gaza

Khaled Mechaal a souligné l’importance d’une reconstruction rapide de toutes les infrastructures civiles endommagées durant la guerre. Il a appelé la communauté internationale et les pays arabo-musulmans à accorder en urgence une assistance économique destinée uniquement au bien-être des Gazaouis : « Nous disons aux Arabes, à tous les musulmans et à la communauté internationale : venez vous-mêmes à Gaza ! Votre aide directe aux habitants est urgente et nécessaire ! Nous ne voulons pas profiter de cette aide pour le bien d’un parti ou d’un mouvement. Nous voulons servir le peuple ! Ce sont les Gazaouis qui ont combattu durant cette guerre et donc ils ont droit à une assistance rapide de votre part. »

Cet objectif reflète la réflexion stratégique du Hamas, basée sur l’expérience du passé  L’aide économique généreuse pour la reconstruction et le développement de la bande de Gaza permet de s’offrir de nouvelles capacités militaires et de se préparer ainsi au prochain conflit avec Israël.

 

2e objectif  : La fin de la réconciliation nationale

Khaled Mechaal a appelé à la réorganisation de la « maison palestinienne » à la lumière de l’accord pour la formation d’un gouvernement d’union nationale. Cet accord signé en juin 2014 prévoit de nouvelles élections des institutions gouvernementales, la reconstruction des institutions de l’OLP avec, pour la première fois, une représentation du Hamas.

Mechaal a affirmé que le principal objectif de la réconciliation nationale concernait également les Arabes israéliens. Il a lancé un appel afin de « mobiliser toutes les forces palestiniennes existantes dans la région pour libérer la Palestine de l’occupation israélienne et rapatrier tous les réfugiés ».

Depuis que la communauté internationale reconnaît l’OLP comme le seul représentant légitime du peuple palestinien, le Hamas n’a cessé de se faire entendre. Frustré et mis à l’écart, il se sert de cette réconciliation comme un cheval de Troie pour s’approprier la direction palestinienne.

Pour atteindre cet objectif, le Hamas tente parallèlement de provoquer une troisième Intifada en Cisjordanie. Les services de sécurité israéliens ont récemment arrêté une centaine de membres du Hamas et ont ainsi déjoué plusieurs projets d’attentats.

 

3e objectif : Le rejet de toute négociation avec Israël

Mechaal déclare à ce sujet : « Nous devrions apprendre que notre ennemi ne comprend que le langage de la force. La dernière guerre à Gaza nous appris que depuis 20 ans certains dirigeants ont mené des négociations inutiles. Elles n’ont rien apporté de positif et ont aggravé la misère et la mendicité pour acquérir des dons étrangers ».

Mechaal précise : « nous soutenons à la fois un processus politique et diplomatique et toute forme de combat. Cependant, cette lutte devrait être fondée sur la Résistance [muqawama]. Elle seule créera les conditions de la victoire et obligera l’ennemi à quitter notre pays. Il s’est déjà retiré de Gaza et du Sud Liban et nous devrions poursuivre notre mission jusqu’à la victoire définitive ».

Dans son discours, Mashaal n’a pas exclu un retour à la lutte armée et la reprise des hostilités contre Israël.

L’entité palestinienne indépendante à Gaza sous la domination du Hamas adhère ainsi à une ligne djihadiste intransigeante qui rejette l’approche politique de l’Autorité palestinienne.

Cette conduite est facilitée par le large soutien que le Hamas reçoit du monde arabo-musulman, de l’Occident et de l’ONU (UNRWA), ainsi que par la mobilisation des organisations d’extrême-gauche et des ONG des droits de l’Homme appelées par Mechaal des « forces libérales».

 

4e objectif : La campagne juridique contre Israël

Le chef du Hamas représente une organisation terroriste qui abrite en son sein des groupes terroristes de tous bords, et notamment des filiales d’Al-Qaïda et de Daesh. Et pourtant, Mashaal utilise des instruments juridiques internationaux pour pouvoir affaiblir Israël, en présupposant que de telles démarches n’auront pas d’effet boomerang contre les Palestiniens.

Il exige que l’Autorité palestinienne signe la Convention de Rome afin que les Palestiniens puissent accuser Israël de “crimes de guerre” devant la Cour pénale internationale de La Haye. Il n’a exprimé aucune crainte sur le fait qu’Israël pourrait porter des accusations similaires contre les Palestiniens.

Khaled Mechaal poursuit son raisonnement en déclarant : « Nous disons au monde, cette entité [Israël] est devenue un fardeau pour l’Occident et l’Humanité toute entière. Un fardeau pour les chrétiens et les Juifs de la diaspora. Il est temps de mettre un terme au soutien de l’entité sioniste par les puissances impérialistes ».

En d’autres termes, le Hamas utilise les institutions juridiques de la communauté internationale comme un moyen pour poursuivre la délégitimation d’Israël et détruire son existence, en allégeant ainsi selon lui l’Occident d’un « fardeau », pour des raisons soi-disant “éthiques et morales”.

 

5e objectif : La Palestine, première priorité de la nation arabo-musulmane

Mechaal souhaite que la question palestinienne soit en tête des préoccupations du monde arabo-musulman : « Nous disons aux Arabes et à tous les musulmans, l’entreprise sioniste menace chacun d’entre nous ! Elle est responsable de l’instabilité de la région. C’est en effet notre ennemi principal ! Nous devrions la combattre ensemble. »

Mashaal a évité dans son discours d’aborder la situation au Moyen-Orient depuis les bouleversements du Printemps arabe et l’émergence de l’Etat islamique en Syrie et en Irak. Il tait aussi les ambitions hégémoniques iraniennes. Le chef du Hamas adopte en fait la ligne politique des Ayatollahs et tente de renforcer son alliance stratégique avec Téhéran au détriment de l’Arabie saoudite et des Etats du Golfe.

 

Jonathan D. Halevi

Leave a Response

Please note: comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.